• Episode 4 - Partie 6

    Épisode 4 : Merveille

    Partie 6



    17

    Dolaine avait encore du mal à y croire. Teddy… on venait d’enlever Teddy juste sous ses yeux !

    Choquée, elle ne vit pas Romuald la rejoindre, se contentant de secouer la tête. Le vampire suivit son regard, en direction du coin d’habitations où les silhouettes avaient disparues.

    — Que s’est-il passé ? questionna-t-il, en l’aidant à se relever. Est-ce que ces gens avaient affaire avec Teddy ?

    La naïveté de ses propos la fit brusquement redescendre sur terre. D’une voix presque hystérique elle répondit :

    — Réveillez-vous, Romuald ! On vient de l’enlever. De l’enlever !

    Leurs billets tenus dans une main, Romuald la fixa sans comprendre.

    — Vous… vous plaisantez ?!

    De dépit, Dolaine s’envoya une claque contre le front. Mais qu’est-ce qui lui avait fichu un imbécile pareil ?

    — Non, Romuald, non ! Je suis même on ne peut plus sérieuse !

    Et avec un retard impardonnable, il saisit enfin le caractère critique de la situation. Il voulut à se lancer à la poursuite des kidnappeurs, mais Dolaine le retint en s’agrippant à son vêtement.

    — Je peux savoir ce que vous comptez faire ?

    Le regard agrandit, il baissa les yeux sur elle.

    — Mais… les rattraper, bien sûr !

    — Allons, soyez sérieux cinq minutes. Aussi rapide que vous puissiez l'être, ils sont sans doute déjà loin et, surtout : ils sont ici chez eux !

    Romuald porta son regard sur l’horizon, avant de s’intéresser de nouveau à elle. Troublé, il bafouilla :

    — Mais… mais alors… que devrions-nous faire ? Alerter la garde ?

    — Vous n’êtes pas fou ? Nous sommes des étrangers ici, Romuald, des étrangers ! Qui plus est, nous appartenons aux créatures les moins appréciées du royaume : si nous nous mêlons de cette histoire, il est évident qu’elle nous retombera dessus !

    — Vous… vous ne comptez tout de même pas… ?

    Dolaine approuva d’un hochement de tête.

    — C’est malheureux, mais si.

    — Mais…

    — Bon sang, Romuald, ce n’était pas notre ami ! Nous n’avons pas à nous mettre en danger pour lui !

    Sa voix était empreinte d’une telle exaspération que son compagnon n’insista pas. Jetant un regard autour d’elle, elle constata que l’enlèvement ne semblait pas avoir été surpris par d’autres – et, dans le cas contraire, sans doute ignoré par crainte de s’attirer des ennuis. Une chance dont elle était bien décidée à profiter.

    — Allons, venez : fichons le camp d’ici.



    18



    — Vous n’êtes pas sérieuse ?!

    Ils trottinaient sur le chemin de leur hôtel. En tête, Dolaine progressait d’un bon pas, obligeant Romuald à en faire de même.

    — Bien sûr que je le suis, Romuald ! Il en va de notre sécurité !

    — Mais fuir Merveille de cette façon, répondit l’autre, tout à fait scandalisé. Tout de même… !

    Dolaine sentit la moutarde lui monter au nez et s’arrêta pour lui faire face. Si brusquement, d’ailleurs, que son compagnon manqua de lui rentrer dedans.

    — Combien de fois devrais-je vous répéter que nous sommes en danger ? s’exaspéra-t-elle en tapant du pied. Par les Dieux, essayez de vous mettre dans le crâne qu’un Ursa a été enlevé en notre présence. Un Ursa ! Cousin éloigné ou non de la famille royale, ça n’a aucune importance : son enlèvement fera beaucoup de bruit. Quant à nous… personne ne croira jamais que nous n’avons rien à voir avec cette histoire !

    Et reprenant sa route, elle songea que ce qui la mettait le plus en rogne, c’était clairement de ne pas avoir pu convaincre l’autre petit magouilleur de lui accorder une avance. Au final, et par deux fois, ils s’étaient dérangés sans qu’elle ne reçoive la moindre petite Étoile en compensation.

    Enfin, elle ne pouvait y faire grand-chose… non, dans l’immédiat, le plus important était de rassembler leurs affaires et de quitter Merveille au plus vite. Des trains, à cette période de l’année, il devait y en avoir à toutes les heures du jour, comme de la nuit. Le premier, qu’importe sa destination, ferait l’affaire.

    La façade de leur hôtel était visible et, dans sa poitrine, elle sentit son cœur s’emballer. Elle se faisait la réflexion que tout allait bien se passer, qu’ils avaient réagi à temps, quand un sifflement strident s’éleva. Elle ralentit l’allure pour jeter un regard inquiet autour d’elle. Au moment instant, des soldats Lapins sortirent d’entre les habitations. La mine hostile, leurs armes tirées, ils les encerclèrent.

    — Mais… commença Dolaine, sentant la panique monter en elle.

    Une brèche se forma au milieu des gardes pour laisser passer une Lapine : celle-là même qui se faisait appeler Lapin Bleu. Le regard froid, elle s’avança d’un pas menaçant dans leur direction.

    — Très bien, vermines : où est le prince ?

    Erwin Doe ~ 2014

    Revenir à la catégorie

    Aller à : Partie 5 / Partie 7


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :